La peur des représailles, première cause de non-adhésion à un syndicat.

Le Défenseur des droits et l’Organisation internationale du travail (OIT) ont publié conjointement un baromètre de la perception des discriminations dans l’emploi.

Les résultats de cette enquête montrent que :
-         La discrimination syndicale au travail est répandue : 46 % des personnes syndiquées interrogées affirment avoir déjà été discriminées ;
-         L’engagement syndical est perçu comme un risque professionnel pour 42% de la population active et 67% des syndiqués interrogés. La peur des représailles de la part de la direction est le facteur qui dissuade le plus la population active de s’engager dans une activité syndicale (35%) ;
-         Effectivement, l’enquête montre que les discriminations syndicales prennent souvent la forme de sanctions : absence d’évolution de carrière pour 47% personnes syndiquées interrogées, dégradation du climat de travail (44%), des conditions de travail (36%) et non-augmentation salariale (30%) ;
-         Engager un recours s’accompagne de représailles : 44% des personnes discriminées interrogées ayant tenté de faire cesser la situation ont fait l’objet de mesures de rétorsion de la part de leur employeur, suite à leurs démarches. La difficulté de prouver la discrimination est la principale cause de non-recours.

Télécharger le « Mémento sur les discriminations syndicales dans l’emploi »

Source : https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/communique-de-presse/2019/09/12eme-barometre-de-la-perception-des-discriminations-dans-lemploi-pres

Notre fil Twitter