(Source ANACT) "Négocié, il y a cinq ans déjà l’accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail et l’égalité professionnelle (Ani du 19 juin 2013) était porteur d’une ambition forte : articuler amélioration de la performance et des conditions de travail aux différents niveaux de l’entreprise.

  • Cette ambition s’est-elle réalisée ?
  • Comment les acteurs sociaux et les entreprises s’en sont-ils emparés ?
  • Avec quels effets ou quelles avancées ?
  • Le traitement de deux problèmes cruciaux portés par l’Ani (égalité professionnelle et risques psychosociaux) a-t-il progressé ?

Afin de répondre à ces questions complexes et voir quelles tendances se dégagent, l’Anact a analysé une centaine d’accords d’entreprise « QVT-Égalité professionnelle » signés sur la période août 2017 - août 2018 ; elle a également tiré des premiers enseignements d’expérimentations QVT.

Ce rapport montre que s’il y a eu des avancées significatives sur le versant sociétal de la qualité de vie au travail, avec de nouvelles pratiques et des accords sur l’égalité professionnelle, l’articulation des temps ou encore le télétravail, par exemple, les améliorations sont plus ténues (ou moins patentes ou moindres) en matière de santé au travail. Quant à l’objectif ambitieux d’approche décloisonnée et de performance globale porté par l’accord de 2013, il n’est pas encore pleinemenrt atteint malgré des initiatives intéressantes menées dans certains territoires et secteurs d’activité.

Pour maintenir l’ambition et les acquis de l’Ani de 2013 et garder le cap de la QVT imaginée dans l’accord, l’Anact propose d’élaborer un nouveau référentiel dont elle esquisse dans le rapport les premières pistes."

Télécharger l'analyse de l'ANACT

 

 

 


eldst

Notre fil Twitter